1984 : la création du STICS

Au début des années’80, quelques professionnels du secteur social se retrouvent autour de l’idée qu’il faut au secteur non-marchand un lieu de partage, de bonnes pratiques et d’échanges des savoirs. Le Service pour la Transformation, l’Innovation et le Changement Social (STICS) est ainsi créé, sous l’impulsion d’acteurs de premier plan du système d’aide à la jeunesse et de participants de la première heure au développement de centres d’accueil et d’information des jeunes.

1985-1996 : le STICS, un projet reconnu

Rapidement, le STICS prend l’initiative d’accueillir les premières formations européennes en Programmation neurolinguistique (PNL) et propose un master à des tarifs très démocratiques : une première initiative pour proposer une offre de qualité accessible à tous !

L’offre de formations s’étoffe progressivement : outils comptables, outils informatiques, pilotage de projets, management d’équipe, évaluation, communication… Le management participatif par projet devient un thème clé de l’intervention du STICS. Celui-ci édite, en 1987, la 1e édition du guide : « Construire et Gérer son Projet », avec le soutien de la Communauté française.

Dès 1988, le STICS est reconnu comme Service d’éducation permanente par le Ministère de la Communauté française. Et dès la création de la Région de Bruxelles-Capitale, le STICS est impliqué dans la construction de nouveaux dispositifs, comme les projets de cohésion sociale, les politiques de prévention ou d’insertion socioprofessionnelle.

1996-2001 : une dimension européenne

Parallèlement à ses activités de formation, le STICS développe le Service Volontaire Européen pour les jeunes. Il contribue ainsi à la montée en puissance d’un projet concernant plus de 30 agences nationales de jeunesse, avec des milliers de volontaires et d’institutions à finalités sociales, culturelles et environnementales. Le programme permettait à des jeunes, issus de l’UE, de passer six mois à un an dans un autre pays pour y effectuer un service d’intérêt général pour la société civile du pays d’accueil. Bureau d’assistance technique auprès de la Commission européenne, le STICS assurait le support informatique, une aide à la présélection des projets pour la Commission européenne ainsi qu’une évaluation des projets.

2001 à 2010 : la qualité au service du non-marchand

Le STICS continue de faire évoluer son offre en fonction des besoins du secteur non-marchand, notamment en matière de gestion des compétences, de recrutement et d’évaluation des pratiques. En 2002, il publie la première édition du guide : « Evaluation, mode d’emploi », avec le soutien de la COCOF.

D’autres thèmes font également leur entrée dans l’offre du STICS, notamment la systémique appliquée aux organisations (ou « systémique institutionnelle ») et la gestion de la qualité dans le secteur non-marchand. Cela s’est traduit par une publication pédagogique sur le thème de la qualité et l’organisation de formations auxquelles participent de nombreux responsables de projets associatifs et d’administrations.

2010 – 2014 : innover, toujours

Fort de plus de 30 ans d’expérience, le STICS lance un cycle de formations spécifiques pour permettre aux responsables d’équipes du secteur associatif de prendre du recul, d’améliorer leurs compétences et de partager entre pairs. Le cycle « Responsables d’équipe ? Développez votre leadership ! » rencontre un franc succès.

Le STICS valorise aussi ses acquis et obtient deux certifications de qualité : EFQM (European Foundation for Quality Management) et le label d’Entreprise écodynamique.

Pour fêter ses 30 ans, STICS organise un colloque sur le thème « Histoire, héritage et transmission : comment lutter contre l’Alzheimer institutionnel ? » qui donnera lieu à une publication (voir nos outils pédagogiques).

2014 – 2017 : accompagner les changements (dont le nôtre), un pari !

Le STICS implante un « arbre à formations » pour élargir son offre de services et conforter son projet d’éducation permanente en proposant aux participants de structurer leur parcours de formation continue.

De nombreux paradigmes de société se transforment. Les professionnels et bénévoles du non-marchand souffrent des effets de l’austérité économique et de la déliquescence des liens sociaux. Le glissement des processus de management de la sphère de l’entreprise au social accroît le durcissement des relations au travail. Plus qu’avant, l’accompagnement psychosocial de la souffrance au travail et aux processus liés aux changements devient l’épicentre de nos interventions.

2016 : le STICS surmonte une crise interne.

L’arrivée de nouveaux talents dans l’association contribue au renouveau. Le lancement d’une dynamique de réflexion sur l’évolution du cœur de métier de la formation continue est entamé.

2017 : les premières initiations aux techniques de formations par e-learning sont organisées.

Le STICS devient le premier opérateur du non marchand à animer des formations blended proposant des journées présidentielles (classiques) et du travail à distance (modalité distancielle) grâce à la création des formations en ligne via le LMS Moodle.

Nos deux formations de formateurs ont déjà bénéficié de cette modalité en 2017 et d’autres formations ont fait le saut qualitatif permettant de répondre aux exigences numériques en pédagogie d’adultes !

En 2018 nous proposons du conseil « digital ». Nous vous aidons à répondre aux questions de type : quelle stratégie numérique pour les animations/formations de mon institution ? Quel plan « e-learning » se donner, quels moyens, comment évaluer la pertinence et l’impact de la digitalisation des formations ? Nous vous aidons dans la création de modules en ligne, etc.

La qualité constitue encore et toujours une approche de travail et un objectif de développement de nos partenaires. Nos apportons des nouveaux outils permettant de répondre aux nouvelles directives du secteur public et associatif dans le domaine de la gestion de la qualité.

L’odyssée du STICS se poursuit !

Partagez cet article sur :

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER